Les conditions nécessaires à un bon tirage de tarot

Le tireur du tarot lors de la consultation de voyance.

le tarot utilisé pour la voyance
Le tirage du tarot peut se comparer a un rituel, un acte quasi religieux. Le tireur lit le monde avec ses cartes, il devient un intercesseur privilégie entre le consultant et une puissance divine : il doit s’initier. Le tarot permet également au consultant, tout comme la psychanalyse au patient, de se plonger dans la connaissance de soi.
Le voyant devient alors durant la consultation de voyance gratuite une personne extérieure en qui le consultant a confiance. Il lui ouvre des domaines inexplorés. Il lui ouvre les yeux sur des choses en lui qu’il ne soupçonnait pas. La contemplation des images réveille en nous des pensées. Tel personnage, telle scène, nous rappellent un événement personnel, ou quelqu’un, par association d’idées. Ce monde
 d’images finit par agir sur nous. C’est pourquoi le tireur mérite d’être bien préparé a la consultation.
Il doit tout d’abord se mettre en condition, avant qu’il ne soit en présence du consultant. Celui qui tire les cartes doit être dans de bonnes dispositions physiques. Il est conseillé de se reposer, de se relaxer pour évacuer toutes les préoccupations de la journée, et ne se concentrer que sur la consultation. Il est déconseillé de tirer les cartes après le repas, car cela entraine une somnolence et une déconcentration.

Le tireur ne doit pas fumer, ni boire pendant le tirage. Ses mains doivent être propres. Le bon tireur réussit à se projeter dans le psychisme du consultant et a savoir ce qu’il cherche vraiment.

Le lieu
Le lieu de la consultation doit également être bien préparé. La lumière doit être douce, les couleurs choisies en fonction des préférences du tireur de cartes. On conseille souvent de tamiser l’espace avec une lumière violette, qui favoriserait I’état méditatif. Le tireur doit se sentir familiarisé avec les lieux pour ne pas être distrait. Son esprit, son imagination doivent être concentrés et à l’affut du moindre indice, de chaque détail qui pourraient étoffer son discours et y apporter une solution la plus juste possible.

Le contexte.

Le calme lors du tirage est nécessaire et, au mieux, le silence.

Le tireur doit être certain de ne pas être dérangé.

Si le consultant essaye de lui parler pendant qu’il pose les cartes, ou qu’il les analyse, il risque de faire échouer la consultation. II ne faut pas non plus que le tirage se fasse dans l’urgence et que l’un des deux soit pressé. Le tireur doit prendre le temps nécessaire pour analyser chaque carte. Par ailleurs, le consultant doit se sentir à l’aise, détendu avec le tireur.
S’il est craintif, admiratif, ou bien si c’est un proche, le tirage risque d’être faussé.

Il y a trop de contingences extérieures à la consultation. Elles créent des diversions. L’idéal serait que le tireur et le consultant ne se connaissent pas.

Une fois que les deux protagonistes sont prêts, il reste a préparer le jeu. Le maniement des cartes est aussi un élément clef pour réussir sa consultation. Le tireur possède son propre jeu, qu’il ne doit prêter à personne. Apres chaque utilisation, il doit être rangé dans un écrin, bien a l’abri jusqu’à la prochaine consultation de voyance. Avant de commencer a battre les cartes, il doit bien vérifier qu’il n’en manque aucune. On conseille en général de tirer le tarot de la main gauche, car elle serait plus réceptrice et liée au psychisme. Cependant, on préfère la main droite pour toutes questions liées à l’avenir professionnel et a la vie sociale du consultant. Certains préfèrent que ce soit le consultant qui tire les cartes, pour qu’il s’imprègne mieux du jeu et lui transmette ses vibrations, mais cela ne s’applique évidemment pas lors d’une voyance gratuite par telephone.

Ce choix dépend de chaque tireur, et il ne peut être imposé lors de la voyance.

En outre le tireur doit battre les cartes pour éliminer tout souvenir qui pourrait rester du tirage précédent. Le mélange s’effectue d’une main a l’autre, de gauche a droite. A la fin, quand les cartes ont été bien battues, le tireur souffle dessus de gauche a droite et demande au consultant de le faire s’il est présent lors de la voyance. Après cela, le jeu ne doit plus être coupé pour ne pas perturber les vibrations.

Le consultant
 d’une voyance gratuite par telephone.

II est important d’insister sur le fait qu’un consultant doit toujours venir de lui-même au tireur, et ne jamais y être forcé. De même, un tireur ne doit jamais chercher a convaincre quelqu’un, ou le séduire pour l’amener a la consultation. Le seul but du bon tireur est, aux vues du jeu, de donner des conseils, faire des avertissements, pour soutenir le consultant et apporter des solutions a ses questionnements.

La question posée
 lors de la consultation de voyance.


La question, qui est à l’origine de la consultation, est également centrale pour un bon tirage. Elle est formulée par le consultant.
Elle n’est pas obligatoirement précise, si le consultant souhaite rester vague, mais, par contre, elle doit être limitée dans le temps. Par exemple, il vaut mieux demander « Vais-je avoir une augmentation salariale dans les 6 prochains mois ?» que demander « Quand vais-je être augmente ?». Effectivement, le tarot ne prédira jamais une date, ou une période durant laquelle tel ou tel événement va survenir, c’est pourquoi la demande doit être fixée temporairement.
De même, il vaut mieux poser une question positive que négative. Par exemple, il est plus judicieux de demander « Vais-je réussir cet entretien ? » plutôt que « Vais-je rater cet entretien ? ». Le tireur doit orienter le consultant pour que sa question entre dans ces critères. Il est nécessaire que tous les deux se mettent bien d’accord sur le sens de la question à résoudre.
Le tireur doit bien comprendre ce qu’attend le consultant. Une fois que tous les deux se sont bien mis d’accord sur la question posée, le tireur ne procède qu’à un tirage pour cette question. Enchainer les tirages, sous-entendrait que le tireur n’a pas confiance en ses cartes, qu’il peut leur faire dire tout et n’importe quoi. Le consultant et le tireur doivent être concentrés sur cette demande, presque hypnotisés. Elle doit guider tous leurs gestes. Si la consultation ne donne pas de réponse satisfaisante, il est recommandé de ne pas recommencer le même jour, mais d’attendre au minimum le lendemain.